Le Canada et l’Union européenne signent une « Alliance verte » pour ralentir le réchauffement climatique

Une semaine avant que les dirigeants mondiaux ne se réunissent pour le sommet sur le climat COP28 à Dubaï, le Canada et l’UE se sont engagés à prendre davantage d’engagements environnementaux.

PUBLICITÉ

Rencontrée vendredi lors d’un sommet UE-Canada à St John’s, Terre-Neuve, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que l’alliance « nous aidera à atteindre notre objectif de zéro émission nette ».

L’UE a adhéré au Défi mondial de tarification du carbone du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui vise à porter la tarification du carbone à 60 % des émissions mondiales d’ici 2030.

La tarification du carbone est essentiellement une taxe que les émetteurs de carbone paient pour compenser les dommages qu’ils causent en réchauffant l’atmosphère.

Le monde tente de maintenir la hausse des températures mondiales à moins de 1,5 ° C et l’UE et le Canada disent qu’ils visent à devenir climatiquement neutres d’ici 2050.

« En ce qui concerne les questions écologiques, nous sommes alignés depuis si longtemps sur l’Union européenne, sachant que l’économie et l’environnement ne doivent pas aller de pair, mais qu’ils vont de pair », a déclaré M. Trudeau.

L’UE et le Canada ont également convenu d’accélérer l’élimination progressive des combustibles fossiles à l’échelle mondiale et de mettre fin à la construction de nouvelles centrales au charbon.

Et ils tenteront de décarboner le secteur des transports dans tous les modes de transport, en mettant l’accent sur le transport routier, l’aviation et le transport maritime.

L’Alliance verte UE-Canada n’est que le troisième accord de ce type, après l’Alliance verte UE-Norvège signée en avril 2023 et l’Alliance verte UE-Japon signée en mai 2021.