Des voitures submergées alors que le cyclone Belal provoque des inondations soudaines à Maurice

Le cyclone tropical avait déjà frappé l’île de la Réunion, tuant au moins une personne et laissant de nombreux foyers sans électricité.

PUBLICITÉ

Les pluies torrentielles provoquées par le cyclone Belal ont déclenché de graves crues soudaines dans la capitale mauricienne, Port-Louis, lundi, avec des voitures emportées dans les rues et des personnes s’échappant de leurs véhicules submergés.

Le service météorologique mauricien a tiré la sonnette d’alarme de la classe deux à la classe trois alors que la nation insulaire se préparait au pire. Belal devrait dépasser l’île Maurice à son point le plus proche tôt mardi.

Belal s’est écrasé sur l’île de La Réunion, dans l’océan Indien, tôt lundi, apportant des pluies torrentielles et des vents soufflant en rafales jusqu’à 250 kilomètres à l’heure. De nombreux foyers ont été privés d’électricité, des dizaines de milliers de personnes d’eau et les connexions téléphoniques et Internet ont également été interrompues. Les autorités ont émis le niveau d’alerte le plus élevé, avertissant les gens de ne pas s’aventurer à l’extérieur pendant que la tempête frappait.

Vers 9 heures du matin, lorsqu’il a frappé le nord et l’ouest de l’île, le mur de l’œil du cyclone Belal s’est dévié vers le nord, s’éloignant du centre de l’île.

Un niveau d’alerte violet a été levé lundi soir, permettant aux secours d’intervenir et d’évaluer les dégâts causés par le cyclone, dont la trajectoire a été moins « cataclysmique » que prévu, selon la préfecture locale.

Un décès a été confirmé alors que la population restait confinée chez elle. La préfecture a indiqué qu’il s’agissait du décès d’un « sans-abri qui n’avait pas trouvé refuge » à Saint-Gilles (ouest) et avait refusé l’hébergement d’urgence proposé, selon les autorités.

La gendarmerie a indiqué que son corps avait été retrouvé près de sa caserne, mais la cause du décès est toujours inconnue.