La France et l’Allemagne demandent l’aide de l’UE pour lutter contre les inondations

Les régions de Basse-Saxe et de Thuringe en Allemagne et de Bretagne et Nord-Pas-de-Calais, qui reste en alerte rouge en France, sont confrontées à des inondations particulièrement violentes en raison de fortes précipitations.

PUBLICITÉ

La France a répondu à l’appel en offrant son aide à l’Allemagne, qui comprenait des barrières de confinement des inondations et 16 véhicules qui ont commencé à fonctionner. D’autre part, plusieurs pompes devaient partir mercredi des Pays-Bas, de la Tchéquie et de la Slovaquie vers la France.

De nombreux autres pays voisins tels que l’Autriche, la Hongrie, la Suède, la Slovénie et la Slovaquie ont également offert leur aide en cas de besoin supplémentaire.

« En ce début d’année, la solidarité de l’UE ne faiblit pas. Une fois de plus, l’aide rapide et décisive apportée par le mécanisme de protection civile de l’UE aux régions touchées par les inondations que sont l’Allemagne et la France témoigne de la force de l’unité. Je remercie l’Autriche, la République tchèque, la France, la Hongrie, les Pays-Bas, la Slovénie, la Slovaquie et la Suède d’avoir rapidement manifesté leur soutien », a déclaré Janez Lenarcic, commissaire chargé de la gestion des crises.

Dans l’ouest de la Bretagne, en France, la plupart des structures de Quimperlé ont été sauvées par leurs barrières anti-inondation, évitant ainsi le pire.

Cependant, pour certains, la situation est un cas désagréable de déjà-vu. Pour la deuxième fois en deux mois, le département du Pas-de-Calais est en alerte rouge, ce qui signifie qu’il y a un risque de mort en raison des inondations.

La première, en novembre dernier, a été l’occasion pour les habitants de Blendecques, près de Saint-Omer, d’évacuer leurs maisons après de fortes pluies et le débordement d’un bras de l’Aa, qui traverse la commune.

De vastes régions d’Allemagne sont sous l’eau depuis des jours, comme la Basse-Saxe et Brême, qui restent en alerte météorologique. Les fortes pluies de mercredi ont fait monter considérablement le niveau d’eau de plusieurs rivières, augmentant le risque d’inondations majeures.