Les survivants se souviennent des victimes des camps de la mort nazis d’Auschwitz

Une vingtaine de survivants de divers camps mis en place par l’Allemagne nazie à travers l’Europe ont déposé des couronnes et des fleurs et allumé des bougies au mur de la mort à Auschwitz.

PUBLICITÉ

Un groupe de survivants des camps de la mort nazis a célébré samedi le 79e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau pendant la Seconde Guerre mondiale lors d’une modeste cérémonie dans le sud de la Pologne.

Une vingtaine de survivants de divers camps mis en place par l’Allemagne nazie à travers l’Europe ont déposé des couronnes et des fleurs et allumé des bougies au mur de la mort à Auschwitz, où les nazis ont exécuté des milliers de détenus, principalement des résistants polonais et d’autres.

Plus tard, le groupe, ainsi que des représentants de l’État et d’autres participants, se sont réunis pour une cérémonie près d’une caserne de femmes en brique à Birkenau, qui a récemment fait l’objet d’une conservation. Ensuite, ils ont prié et allumé des bougies au monument de Birkenau, près des ruines des crématoires. Ils commémoraient environ 1,1 million de victimes du camp, principalement des Juifs. Le mémorial et le musée sont situés près de la ville d’Oswiecim.

Des célébrations ont également eu lieu dans de nombreux autres pays samedi. Près de six millions de Juifs européens ont été tués par les nazis pendant l’Holocauste – le meurtre de masse des Juifs et d’autres groupes avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

À l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, les survivants étaient accompagnés de la présidente du Sénat polonais, Malgorzata Kidawa-Blonska, du ministre de la Culture, Bartlomiej Sienkiewicz, et de l’ambassadeur d’Israël, Yacov Livne.

Le thème des célébrations était l’être humain, symbolisé par de simples portraits dessinés à la main qui étaient projetés sur un écran pendant les célébrations à Birkenau. Ils étaient censés souligner que l’horreur d’Auschwitz-Birkenau réside dans la souffrance des personnes qui y sont détenues et tuées.

En Allemagne, où l’on a déposé des fleurs et allumé des bougies devant les mémoriaux des victimes de la terreur nazie, le chancelier Olaf Scholz a déclaré que son pays continuerait à porter la responsabilité de ce « crime contre l’humanité ».

Il a appelé tous les citoyens à défendre la démocratie allemande et à lutter contre l’antisémitisme alors que le pays marquait l’anniversaire de la libération d’Auschwitz.

« Plus jamais ça, c’est tous les jours », a déclaré Olaf Scholz dans son podcast vidéo hebdomadaire. « Le 27 janvier nous interpelle : restez visibles ! Restez audible ! Contre l’antisémitisme, contre le racisme, contre la misanthropie – et pour notre démocratie.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, dont le pays se bat pour repousser l’invasion à grande échelle de la Russie, a publié une image d’une menorah juive sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, pour marquer le jour du souvenir.

« Chaque nouvelle génération doit apprendre la vérité sur l’Holocauste. La vie humaine doit rester la valeur la plus élevée pour toutes les nations du monde », a déclaré Zelenskyy, qui est juif et avait des parents qui ont perdu la vie dans l’Holocauste.

« Mémoire éternelle à toutes les victimes de l’Holocauste ! » Zelenskyy a tweeté.

Les nazis, qui ont occupé la Pologne de 1939 à 1945, ont d’abord utilisé les anciennes casernes militaires autrichiennes d’Auschwitz comme camp de concentration et d’extermination pour les résistants polonais. En 1942, les baraquements en bois, les chambres à gaz et les crématoires de Birkenau ont été ajoutés pour l’extermination des Juifs, des Roms et d’autres ressortissants d’Europe, ainsi que des prisonniers de guerre russes.

Les troupes soviétiques de l’Armée rouge ont libéré Auschwitz-Birkenau le 27 janvier 1945, avec environ 7 000 prisonniers, des enfants et des personnes trop faibles pour marcher. Les Allemands avaient évacué des dizaines de milliers d’autres détenus à pied quelques jours plus tôt dans ce qu’on appelle aujourd’hui la marche de la mort, car de nombreux détenus mouraient d’épuisement et de froid par des températures inférieures à zéro.

Depuis 1979, le site d’Auschwitz-Birkenau est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.