Le pape François a clairement dénoncé la guerre de la Russie en Ukraine, dit le Vatican

Après des allégations affirmant que le pape François n’avait pas critiqué la Russie pour avoir envahi l’Ukraine fin février, le Saint-Siège a défendu le pontife, déclarant qu’il avait clairement considéré la guerre comme « insensée, répugnante et sacrilège ».

La semaine dernière, l’Ukraine a convoqué le plus haut diplomate papal pour se plaindre des récents commentaires de François. Lors d’une audience la veille au Vatican, François avait qualifié de « pauvre fille » une journaliste de la télévision nationale russe tuée par une voiture piégée à Moscou.

François parlait du meurtre de Darya Dugina, la fille du théoricien politique russe de droite Alexander Dugin, qui soutient farouchement la guerre.

La Russie a accusé les services de renseignement ukrainiens de l’attentat, ce que Kiev nie.

Dans ses remarques, François a également déclaré que les orphelins en Ukraine et en Russie faisaient partie des « innocents » qui ont été victimes de la « folie de la guerre ».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a convoqué l’ambassadeur du Vatican à Kiev la semaine dernière et a déclaré aux journalistes que « le cœur ukrainien est déchiré par les paroles du pape ».

Dans un communiqué, le Vatican semblait avoir l’intention mardi de limiter les dégâts.

« Ces derniers jours, des discussions publiques ont surgi sur la signification politique à attribuer » aux commentaires de François, selon le communiqué.

« Les paroles du Saint-Père sur cette question dramatique doivent être lues comme une voix élevée pour défendre la vie humaine et les valeurs qui y sont liées, et non comme une position politique », a déclaré le Vatican.

Quant à la guerre de grande ampleur en Ukraine, commencée par la Fédération de Russie, les interventions du Saint-Père François sont claires et sans équivoque en la condamnant comme moralement injuste, inacceptable, barbare, insensée, répugnante et sacrilège.

Le jour même où l’Ukraine a critiqué les remarques du pape, le chef de l’Église orthodoxe russe a annulé une réunion prévue avec François pour septembre.

François a dit qu’il voulait aller en Ukraine si cela pouvait faire avancer la cause de la paix, mais jusqu’à présent, la logistique a rendu ce voyage impossible pour le pontife de 85 ans, qui a des problèmes de mobilité.