Un poète russe condamné à 7 ans de prison pour avoir récité des vers contre la guerre en Ukraine

Entre fin février 2022 et le début du mois, 19 847 personnes ont été arrêtées en Russie pour s’être exprimées ou avoir protesté contre la guerre, selon un groupe de défense des droits de l’homme.

PUBLICITÉ

Un poète russe, Artyom Kamardin, a été condamné à 7 ans de prison pour avoir récité des vers anti-guerre lors d’un spectacle de rue à Moscou, en septembre 2022.

Le tribunal du district de Tverskoï à Moscou a déclaré Kamardin coupable d’avoir passé des appels portant atteinte à la sécurité nationale et d’incitation à la haine.

Yegor Shtovba, qui a participé à l’événement et a récité les vers de Kamardin, a été condamné à 5 ans et demi de prison pour les mêmes chefs d’accusation.

Kamardin avait déclaré au tribunal qu’il ne savait pas que ses actions enfreignaient la loi et avait demandé grâce.

« Je ne suis pas un héros, et aller en prison pour mes convictions n’a jamais été dans mes plans », a-t-il déclaré dans un communiqué, publié sur la chaîne Telegram de ses partisans.

Le rassemblement à côté du monument au poète Vladimir Maïakovski a eu lieu quelques jours après que le président Vladimir Poutine a ordonné la mobilisation de 300 000 réservistes au milieu des revers militaires de Moscou en Ukraine.

Cette décision largement impopulaire a incité des centaines de milliers de personnes à fuir la Russie pour éviter d’être recrutées dans l’armée.

La police a rapidement dispersé le spectacle et a rapidement arrêté Kamardin et plusieurs autres participants.

Les médias russes ont cité des amis de Kamardin et son avocat qui ont déclaré que la police l’avait battu et violé lors de son arrestation. Peu de temps après, il a été montré en train de s’excuser pour son geste dans une vidéo de la police publiée par les médias pro-Kremlin, le visage meurtri.

Les autorités n’ont pris aucune mesure pour enquêter sur les abus présumés commis par la police.

Au cours de l’audience de jeudi, l’épouse de Kamardin, Alexandra Popova, a été escortée hors de la salle d’audience par des huissiers après avoir crié « Honte ! » après le verdict. Popova et d’autres personnes ont ensuite été arrêtées pour un « rassemblement » non autorisé devant le tribunal.

Entre fin février 2022 et le début du mois, 19 847 personnes ont été arrêtées en Russie pour s’être exprimées ou avoir protesté contre la guerre, tandis que 794 personnes ont été impliquées dans des affaires pénales en raison de leur position anti-guerre, selon le groupe de défense des droits OVD-Info, qui suit les arrestations politiques et fournit une assistance juridique.

La répression a été menée en vertu d’une loi adoptée par Moscou quelques jours après l’envoi de troupes en Ukraine, qui criminalisait de fait toute expression publique sur la guerre qui s’écartait du récit officiel.