Quels sont les pays européens qui paient le moins et le plus d’impôts sur les voitures ?

La taxation des véhicules varie considérablement d’un pays à l’autre de l’Europe, les considérations environnementales jouant un rôle clé dans certains pays. Sur la base des données de l’OCDE, Euronews Business examine les prix des voitures avant et après taxes dans quatre catégories différentes.

PUBLICITÉ

Les taxes associées à l’achat, à l’immatriculation et à l’utilisation des véhicules ont été une source importante de revenus pour les gouvernements. La fiscalité est de plus en plus utilisée pour influencer le comportement des consommateurs en matière d’énergie et d’environnement, en particulier la transition vers des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles au cours des dernières années.

Le niveau et la structure des taxes, qui peuvent inclure la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), la taxe de vente, les droits d’accise et d’autres frais, lors de l’achat d’une nouvelle voiture peuvent varier considérablement d’un pays à l’autre de l’Europe.

Alors, comment la TVA sur les voitures particulières se compare-t-elle en Europe ? Quel est le montant de l’impôt payé par les Européens lors de l’achat d’une voiture ? Comment les prix des voitures avant et après taxes varient-ils à travers le continent ? Euronews Business jette un coup d’oeil.

En 2022, les taux de TVA sur les achats de voitures ont varié entre les membres de l’UE, allant de 17 % au Luxembourg à 27 % en Hongrie, selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA).

Dans la plupart des pays de l’UE, les gens paient une TVA de 20 % ou 21 % lors de l’achat d’une voiture neuve. Il n’y a que six pays où le taux de TVA est supérieur à 23 %.

Le taux de TVA n’est pas la principale raison pour laquelle les prix des voitures varient considérablement avant et après taxes à travers l’Europe. D’autres taxes, frais et primes en sont en grande partie la cause. Au lieu de simplement comparer les taux de TVA, il est plus utile de regarder le prix hors taxes et le prix final, qui comprend toutes les taxes et tous les frais.

Sur la base du rapport Tendances de la taxe à la consommation 2022 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), nous pouvons examiner les prix de certaines voitures typiques, avec des moteurs électriques, hybrides et à combustion dans quatre catégories.

Le cahier des charges de la catégorie A sont : Moteur électrique SUV/Hatchback, puissance 150 KW (204 ch), capacité de la batterie 58 kWh, consommation 17 kWh/100km, poids 1730 kg, émissions de CO2 0 g/km, autonomie de la batterie supérieure à 400 km (exemple Volkswagen ID3 performance).

En 2022, le prix d’une voiture de catégorie A était de 33 000 $ (31 339 €) HT dans la simulation Lorsque les taxes étaient incluses, le prix variait de 26 938 € en France à 59 168 € en Turquie.

Prix final inférieur au prix HT en France et en Allemagne

Le prix final est inférieur au prix HT en France (26 938 €), au Luxembourg (27 732 €) et en Allemagne (31 295 €), ce qui montre le niveau des bonus dans ces trois pays. En France, les gens ont payé 4 400 € de moins que le prix HT lors de l’achat d’une voiture de catégorie A grâce au « bonus vert ».

En tête, la Turquie est suivie de la Hongrie (39 801 €), de la Pologne et du Danemark (39 174 € chacun).

Selon le rapport de l’OCDE, les Norvégiens ne payaient pas d’impôts ou de frais. Les habitants des deux autres pays nordiques, la Suède et l’Islande, ont payé moins de 100 € d’impôts.

Les taxes étaient inférieures à 3 000 € en Lituanie, en Grèce, en Slovénie et en Suisse lors de l’achat d’une voiture de catégorie A, avec un prix de 33 339 € hors taxes.

Taxes pour une voiture avec une puissance et une capacité de batterie plus élevées

La puissance et la capacité de la batterie sont plus élevées en Catégorie B voitures dans la simulation. Les spécifications sont les suivantes :: Moteur électrique berline, puissance 370 kW (496 ch), capacité de la batterie 82 kWh, consommation 15 kWh/100km, poids 1830 kg, émissions de CO2 0 g/km, autonomie de la batterie supérieure à 400 km (exemple Tesla Model 3 Long Range Dual Motor).

Lorsque le prix était de 52 232 € (55 000 $) hors taxes dans la catégorie B, le prix final variait de 52 009 € en France à 98 163 € en Turquie. Une personne en Turquie a dû payer 46 831 € d’impôts pour acheter cette voiture.

En France et au Luxembourg, le prix final était inférieur au prix hors taxes, les deux gouvernements ayant encouragé les véhicules zéro émission (VZE).

Comme dans la catégorie A, la Norvège n’a pas facturé de taxe pour les voitures de catégorie B, et les Islandais ont payé moins de 1 000 € de taxe dans la simulation.

Outre la Turquie, les habitants de la Hongrie, de l’Irlande, de la Pologne et du Danemark ont payé plus de 13 000 € de taxe pour une voiture de catégorie B.

PUBLICITÉ

Taxes sur les voitures hybrides

Les spécifications de la catégorie C sont : Moteurs hybrides berline électriques/carburant, moteur à essence d’une cylindrée de 1,8 litre, puissance 121 kW (162 ch), essence sans plomb 95–98 RON, consommation 4,5 l/100 (cycle mixte) et moteur électrique d’une puissance de 53 kW (71 ch), capacité de la batterie 1,3 kWh, poids 1 800 kg, émissions de CO2 115 g/km, autonomie de la batterie inférieure à 10 km, Émissions de NOx de 3 mg/km (exemple Toyota Corolla Hybrid LE).

Le prix avant taxes était de 21 842 € (23 000 $) dans la simulation. Dans ce cas, le prix final toutes taxes comprises allait de 21 494 € en Allemagne à 46 393 € en Turquie.

Bien que le prix le plus élevé ait été enregistré en Turquie, il ne s’agissait pas d’une exception dans cette modélisation. La Turquie est suivie de près par le Danemark (45 633 €) et la Norvège (45 062 €). Dans ces trois pays, le montant de la taxe était supérieur au prix hors taxes. Cela signifie que le prix final était plus du double du prix avant taxes, ce qui indique le niveau d’imposition.

Les habitants de la France, de l’Islande et du Luxembourg ont également payé moins d’impôts que les autres pays européens dans cette catégorie.

Hausse significative des taxes sur les moteurs thermiques

Catégorie D Les véhicules de la simulation se composaient uniquement de ceux à moteur à combustion. Le cahier des charges sont : Pick-up 4×4 avec moteur à essence, essence sans plomb 95-98 RON, cylindrée V6 3,5 litres, puissance 300 kW (400 ch), consommation 12,4 l/100, émissions de CO2 296 g/km, émissions de NOx de 20 mg/km, poids 2 200 kg ; prix USD50,000 (exemple Ford F-150 Ecoboost V6).

PUBLICITÉ

Alors que le prix avant taxes était de 47 483 € (50 000 $) en 2022, le prix final variait de 53 289 € en Suisse à 179 297 € en Turquie. Il n’y avait pas de pays où les gens payaient moins que le prix avant taxes pour un véhicule de catégorie D.

Taxes plus du double du prix HT dans 7 pays

La taxation était clairement la plus élevée pour les véhicules à moteur à combustion. Le montant de la taxe était plus du double du prix hors taxe dans sept des 27 pays européens.

Pour acheter un véhicule de catégorie D avec un prix de 47 483 € hors taxes, les prix finaux que les gens devaient payer en 2022 étaient les suivants : 179 297 € en Turquie, 146 716 € au Danemark, 122 820 € aux Pays-Bas, 117 759 € en Norvège, 105 898 € en Finlande, 96 519 € en Islande et 95 599 € en France.

À l’exception de la Suède, où le prix final était de 59 354 €, les habitants des pays nordiques étaient en tête de liste, payant le plus cher pour les véhicules à moteur à combustion.

Si l’on examine les recettes fiscales annuelles moyennes par véhicule à moteur sur les principaux marchés de l’UE, elles ont été très différentes en 2022. L’Espagne (1 148 €) est le pays qui a perçu le moins de taxes par véhicule, tandis que la Belgique (2 892 €) a perçu le plus.

PUBLICITÉ

Ce chiffre était de 1 625 € en France, de 1 764 € en Allemagne et de 2 723 € en Finlande.

L’Allemagne a perçu 34,2 milliards d’euros de recettes provenant de la TVA sur les taxes de vente, d’entretien, de réparation et de pièces détachées des véhicules, ainsi que sur les taxes de vente et d’immatriculation. Ce chiffre était légèrement supérieur à 20 milliards d’euros en France (21,7 milliards d’euros) et en Italie (20,8 milliards d’euros) en 2022.

Le Danemark, la Suède et la Finlande ont collecté plus de 2 milliards d’euros dans cette catégorie, tandis que la Grèce (1,2 milliard d’euros) et l’Irlande (1,5 milliard d’euros) ont enregistré le moins.

La taxe totale sur les véhicules s’élève à près de 400 milliards d’euros dans 13 pays de l’UE

Les véhicules à moteur sont responsables de 374,6 milliards d’euros de recettes fiscales pour treize pays de l’UE dans le graphique ci-dessus.

En plus des taxes de vente et d’immatriculation, ce chiffre comprenait les taxes annuelles sur la propriété et, plus important encore, les taxes sur les carburants et les lubrifiants.

PUBLICITÉ

La Turquie est de loin une exception, car elle s’appuie sur une taxe spéciale sur la consommation

Les données de l’OCDE montrent que la Turquie a fait figure d’exception en matière d’imposition des véhicules toutes catégories confondues en 2022. Les prix les plus élevés ont été enregistrés en Turquie dans les quatre simulations. Les gens ont d’abord dû payer un taux très élevé d’une taxe spéciale à la consommation (ÖTV), qui se situait entre 60 % et 220 %. Ensuite, ils ont dû payer la TVA (18%) sur cela.

En 2023, l’ÖTV minimum est passé à 80 % et la TVA à 20 %. Ainsi, les prix finaux seraient plus élevés si la simulation était basée sur la réglementation 2023.

En juillet 2023, les recettes de l’ÖTV provenant des véhicules représentaient 10 % de toutes les taxes perçues par le gouvernement. Cela n’incluait pas la TVA et d’autres frais, ce qui montre à quel point le gouvernement s’est appuyé sur des taxes spéciales.

Les endroits les moins chers pour acheter des voitures électriques

Les prix finaux ont été les plus bas en France et au Luxembourg pour les deux types de véhicules électriques. Les prix finaux étaient inférieurs au prix hors taxes dans les deux pays grâce aux primes. Dans la pratique, les Français et les Luxembourgeois ne payaient pas d’impôts, mais ils appréciaient de payer moins que le prix avant impôts.

Les habitants de l’Allemagne, de la Norvège, de l’Islande et de la Suède ont également eu de la chance par rapport à d’autres pays en payant moins de taxes et de frais sur les véhicules électriques.

PUBLICITÉ

En ce qui concerne la taxation des véhicules à moteur thermique, les politiques de la France et de la Norvège ont changé. Les deux pays ont été classés dans le top 7 de cette catégorie. La Norvège s’est également classée troisième pour les véhicules hybrides.

OCDE : la fiscalité peut contribuer à la transition écologique

À l’échelle mondiale, transport était responsable de 25 % des émissions directes de CO2 liées à la combustion de carburants en 2018, principalement le transport routier, selon les Perspectives des transports de l’ITF.

« Des taxes bien conçues peuvent réduire très efficacement la pollution et les émissions de gaz à effet de serre », suggère le rapport de l’OCDE sur les tendances des taxes à la consommation.

Dans le même temps, dans 17 des membres de l’OCDE en Europe, les émissions de CO2 sont directement prises en compte pour déterminer le niveau d’imposition. Il s’agit notamment de l’Autriche, de la Belgique, de la République tchèque, du Danemark, de la Finlande, de la France, de la Grèce, de l’Islande, de l’Irlande, de l’Italie, de la Lituanie, des Pays-Bas, de la Norvège, du Portugal, de la Slovénie, de l’Espagne et de la Suède.

En 2022, certains pays européens comme la France, l’Allemagne, l’Italie et la Suède ont offert un « bonus » aux acheteurs de véhicules sélectionnés avec des émissions de CO2 faibles ou nulles. Il peut s’agir d’une subvention versée par le gouvernement ou une autorité locale à l’achat du véhicule.

PUBLICITÉ

Un « malus », c’est-à-dire une taxe, une redevance ou une redevance supplémentaire, a été imposé aux véhicules à fortes émissions de CO2 dans certains pays, dont la Belgique, la France, l’Italie et la Suède.